de toutes façons

Publié le par chervalin

-Vous verrez, la montagne c'est magnifique, je suis sûre que vous ne vous embêterez pas.

-(....)

-(....)

 

- Et puis vous pourrez faire du ski...... et nous ne sommes pas loin de la ville.... de toutes façons , il y a le collège en bas avec le car....vous ferez d'autres amis...... et Albertville c'est une belle ville.....regardez les photos comme c'est beau.... et puis la ferme est grande, vous aurez chacune votre chambre ....

-(....)

-(....)

 

Martine insiste.

Elle veut convaincre ses jumelles, jeunes adolescentes d'une quatorzaine d'années, qu'elle fait le bon choix.

Et qu'elles seront aussi heureuses qu'elle de partir du Havre.

Leur père est décédé depuis 5 ans maintenant et elle a réussi à dénicher, par une agence matrimoniale, ce savoyard sympa et pas du tout rustre.

Ce n'est pas" le bonheur est dans le pré" mais cela s'en rapproche.

 

Et ces deux teignes qui ne veulent rien savoir, quelles égoîstes!

 

-de toutes façons on va y passer l'été et vous aurez bien le temps de vous y faire, si cela ne vous plait pas on reviendra... ça vous va ? 

- (....)

- (....)

Anna et Martha, opinent, ce deal leur convient.

 Elles inscrivent dans leurs têtes  qu'elles reviendront.

C'est obligé. 

Mais elles doutent...

 

Vous devinez la suite.

Martine a triché.

 

Ses filles sont déjà inscritent au collège d'Allbertville, elle a fixé la date du déménagement, payé l'entreprise et obtenu sa mutation de la caisse d'épargne.

 

- De toutes façons , c'est comme ça, pense-t-elle, ce n'est pas elles qui vont faire la loi.

 

Le jumelles c'est compliqué, elles sont liées et complices et il est difficile d'en convaincre une pour faire douter l'autre.

Elle demeurent farouchement opposées au projet de leur mère, quand celle-ci leur annonce 15 jours après leur arrivée, qu'elle a fait son choix de vivre avec Marcel.

Et donc qu'elles vivront ici. 

Là, dans une ancienne masure agréablement réaménagée en gite, accrochée à une pente raide.

 

Cela aurait pu être bien. Ils auraient pu vivre heureux tous ensemble, le cadre est magnifique, Marcel est un type bien, les copines du collège sympas et le ski gratuit.

 

Mais leur mère leur a menti. 

 

Voilà comment nait une haine et un dégout des adultes.

Chevillée à l'âme, leur colère ne se calmera jamais.

 

Jamais, depuis cette annonce du 14 juillet 1995, jamais, elles ne lui ont adressé la parole.  

-Mais qu'est ce que vous voulez à la fin, parlez!

-(...)

-(...)

 

Elles se sont amusées à compter les "de toutes façons"

Une main derrière le dos, détachant un doigt de leur poing fermé à chaque fois. 

Seul point d'attache qui les reliait à leur mère.

 

-De toutes façons, puisque c'est comme ça, vous irez à l'internat

-De toutes façons, si vous ne voulez pas dialoguer, vous laverez votre linge vous-même

-De toutes façons, si ce garçon retéléphone ici, je vais avertir la police 

-De toutes façons......ah bah , elles sont parties......bah.........mes jum.......

 

Elles sont toutes deux mariées et mère d'un enfant.

Toutes deux divorcées aussi.

 

C'est Martha qui est devant moi, avec son petit garçon, un rien turbulent et je l'entends lui dire:

- De toutes façons si tu ne te tiens pas tranquille, tu sais ce que je t'ai dis ?

et le petit de lui répondre, une main derrière le dos:

- (...)

Commenter cet article

babsdragon 26/01/2013 18:03

L'héritage n'est pas fait que de "biens" matériels hélas.
Si les enfants ne doivent pas toujours influencer le choix d'un ou des parents ceux-ci sont tenus, absolument, au non-mensonge.
Merci pour ces relations (de relater) si nettes.

chervalin 27/01/2013 09:35



C'est bien souvent dans cette idée d'héritage que se nichent la plupart des conflits conjugaux. Comment devenir père si l'on demeure indéfiniment un fils.


merci de votre passage, j'irais voir votre site


alors à bientôt



Nais' 17/07/2012 11:37

Encore un triste récit de famille "dénouée"... Je trouve que tu analyses toujours bien les relations parents-enfants

chervalin 17/07/2012 17:00



merci, je suis très touché.



cafardages 16/07/2012 19:17

beau et infiniment triste

cat 16/07/2012 14:55

c'est triste... une histoire de mots qui se transforment en maux... peut-être qu'un jour, elles auront le même choix à faire, et peut-être alors qu'elles comprendront... et pardonneront.

chervalin 17/07/2012 13:48



Oui, peut être


pour que les maux se transforment en mots, à leur tour


 



Labaronne 15/07/2012 20:55

les promesses non tenues à en enfant sont indélébiles - j'en ai quelques souvenir (sans ces conséquences là) mais la rancune est tenace