Sur le sentier de ta moustache

Sur le sentier de ta moustache

Quand tu étais là

Tu invitais toujours tes amis

Qui nous racontaient leurs vies

Leurs luttes, leurs combats

 

Quand tu étais là

Ta voix emportait nos silences

Quand tu chantais Ma france

Aragon ou Néruda

 

Quand tu étais là

Tu entrais dans nos mémoires

Tu détricotais l'histoire

pour chanter celle des gens d'en bas

 

Quand tu étais là

Le monde ouvert à notre fenêtre

Qui ne vit que de paraître

Tu le dénonçais avec fracas

 

Quand tu étais là

Mais nous étions là aussi

Et dans cette fusion de vies

Nous étions liés par ta voix

 

Quand tu étais là

Nous te suivions sans relache

Sur le sentier de ta moustache

Tes colères et tes combats

 

Quand tu étais là

Ta force et ta fragilité

A chanter la réalité

De tous les cris d'ici bas

 

Quand tu étais là

On voyait des paysages

Des lendemains plus sages

Nos coeurs vibraient avec toi

 

Quand tu étais là

Par la caresse de tes chansons

Tu as habité notre maison

Par ta musique et par ta voix

 

Quand tu étais là

On se disais que jamais

Il fut possible que tu partirais

Et voilà que tu t'en vas!

 

Quand tu n'es plus là

De l'enfance s'échappe un chant

Que je fredonne tristement

Et dans ma mémoire , il fait froid.

 

Même si tu n'es plus là

Il restera la Volane

Et les plaintes de tes ânes

Je te salut Jean Ferrat.

 

Chervalin