Le pré

Le pré

 

 Dans les montagnes, il arrive que les parcelles de terrain dont héritent les descendants prennent une valeur qui, si l'emplacement est propice, interressent les promoteurs.

Cela est bien sur tentant mais la terre difficilement domptée, par la pente, l'escarpement et l'accès, a bien plus de valeur que ne le pensent les héritiers.

Elle possède en son sein, l'existence même de ce montagnard, le sens qu'il donnait à sa présence sur ce lopin et son histoire difficilement accrochée au lignage.

Comme une  lunette d'approche du temps, s'il revenait de l'autre plaine, il regarderait, nostalgique, le déchirement de son "fait", pour les intérêts convoités.

Alors, cette histoire. Elle se passe en montagne, a pour trame le développement d'une station et l'exploitation marchande, mais vous devinez qu'elle peut tout autant se dérouler dans d'autes contrées.

 

 

LE PRE

 

 Tu arrivais d’une autre plaine

 Celle du trépas, de l’autr’ côté

 Comme pour remonter sur scène

 Tu voulais revoir ton pré

 Et tes enfants, ce qu’ils deviennent

 Ce qu’ils ont fait de ton grand pré

 Ils s’étripent comme des hyènes

 Tu les regardes se déchirer ;

 

 

refrain

Si tu revenais des nuages

 Voilà ce que tu verrais

 De la colère pour ton héritage

 Tu aurais du tout brûler. (2 fois)

 

 

 Les voir profiter de ta peine

 Et de la douceur de ton pré

 Où tu venais avec ta belle

 A l’ombre de la pierre aux fées

 Ils ont tari sa fontaine,

 Pour le vendre au plus offrant

 Des promoteurs, un rien obscènes

 Gros portefeuilles et de belles dents.

  

Refrain

Si tu revenais des nuages

 Voilà ce que tu verrais

 Des télésièges sur ton alpage

 Ils ont mal mené ton pré (2 fois)

 

  

Sur ta colline souveraine

 Ton vieux vallon, les sentiers

 Que ta jument, comme une reine

 Traçait lentement dans ton pré

 C’est devenu un boulevard

 Une avenue pour mieux skier

 Une écorchure, piquée de dards

 Que de blessures pour ton vieux pré.

 

 

 Refrain

Si tu revenais des nuages

 Voilà ce que tu verrais

 Des parkings pour toutes ces crasses

 Qui ne savent plus marcher (2 fois)

 

 

 Et cette pierre où tu gravais

 Le doux nom de ta chère aimée

 Lorsqu’un chevreuil s’y reposait

 Comme s’il venait parler aux fées

  Ils l’ont coulé sous une terrasse

  Pour que des belles viennent y bronzer

 En se plaignant du manque de place

 Du mauvais goût de leur café

 

Refrain

Si tu revenais des nuages

 Voilà ce que tu verrais

 Un chevreuil qui au passage

 Verse deux larmes sur ton pré.

 

Chervalin