Que l'amour est triste, mon amour

Publié le par chervalin

Il existe un cout moment dans les stations essence, c'est le laps de temps où le précieux liquide s'engouffre goulument dans le réservoir, ce moment où les chiffres défilent de plus en plus vite et que par peur, on détourne les yeux.

Devant, derrière, là où le regard porte dans un ailleurs dont on se fiche royalement. Tout à l'heure c'était derrière que le mien s'est porté. Une magnifique BMW décapotable décapotée (il y a un brin de soleil mais il caille un max) où un très jeune couple (on dirait qu'ils ont à peine 16 ans tous les deux!) semble sérieusement s'opposer car visiblement les regards qu'ils se lancent et leurs visages crispés ne tendent pas vers la tendresse de base.

Et puis voilà l'action. La jeune fille presque cagoulée, (elle porte le voile comme l'exige sa religion,) sort brusquement de la voiture pour éviter la gifle (le revers plutôt) que son amoureux souhaite lui balancer.

Immédiatement le doux compagnon s'arrache de son bolide, court derrière elle et la retient par le bras aussi gentiment et câlinement que sa virile position de chef de couple qu'il s'est autoproclamé peut lui permettre.

Il se dit des choses et moi je me dis qu'il serait bien que l'action avance car mon réservoir me déclare qu'il n'en veut plus.

Alors?

Vas-t-il lui coller une tourlousine comme ça devant nous ou minauder en lui promettant du plat froid pour la soirée sur le thème de l'amour obligé.

Visiblement le ton a changé, la douce future mariée heureuse de cette perspective, et on aura beaucoup d'enfants, un bel intérieur de 28 M2, que j'entretiendrais et une cuisine que j'occuperais et que je recevrais des claques si c'est pas bon, mais il est si travailleur et parfois gentil après qu'il s'est fâché contre moi avec sa ceinture, La douce future antérieur donc, écoute, (promesses? menaces?),semble plier l'échine et alors que je rejoins mon volant pour leur laisser la place, sort son porte carte bleue et en se dirigeant vers la pompe à essence, s'apprête docilement à officier à ma suite.

Son amoureux, lui s'installe de nouveau au volant et attends fier et satisfait que sa BMW rutilante ait de quoi tenir quelques jours.

Et puis, vous voyez ce que c'est les stations essence, on s'attarde pas! Guère le temps de rentrer dans le sujet, d’approfondir ou de digresser sur les évènements.

En fait je voulais dire que je n'en sais rien de ce qu'il s'est passé ensuite.

Mais moi je dis que c'est bien triste l'amour.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article