et tout et tout...

Publié le par chervalin

Jean Denis a un physique de déménageur et un cerveau inversement proportionnel à sa carrure.

(Il me rappelle un ami qui me demandait d'enfoncer un piquet dans un sol caillouteux avec une masse avec l'injonction suivante:  " Tape aussi fort que t'es bête" !)

C'est un jeune papa d'un loupiot de 15 mois.

Jean Denis réclame avec force (évidemment) la résidence alternée en affirmant qu'il saura s'en occuper, le coucher, le nourrir et jouer et tout et tout avec lui. Il a les yeux aussi expressif qu'une limande et quelques mots de vocabulaire dans sa besace.  

 

Jouer d'accord. Je pense qu'il en a les possibilités et encore il ne faut pas que l'enfant grandisse trop vite.

 

Tu parles.

 

- Ben, quand il veut jouer, il me prend par la main et tout et tout et il m'emmène dans le salon et là on joue. Des fois pendant plusieurs heures hein maman ? Pis des fois je l'emmène promener. On va au bistrot et tout et tout. Il joue plein de temps avec les gens sur la terrasse. Je lui paye des grenadines.Il adore ça, hein maman ? Pis des fois, il se salit avec le caca sur lui et tout et tout, alors là non, c'est ma mère qui le change. Moi, j'peux pas, je lui dis qu'il faut qu'il s'retiendre, faut bien que j'l'éduque, hein maman ? Je monte le coucher et tout et tout mais c'est ma mère qui le couche car avec moi, il pleure. Je sais pas ce qu'il a. J'lui dis qu'il faut qu'il dorme et tout et tout, que moi, je dorme dans la chambre qu'elle est à coté comme lui, hein maman ? Je lui donne son manger et son à boire et tout et tout mais c'est ma mère qui le fait, moi j'sais pas faire le manger, hein maman ?

 

Comme cela pendant une bonne partie de l'entretien.

J'hésite entre rire et me barrer.

ou les deux.

(n'empêche faut tiendre)

 

Bref Jean Denis veut la résidence alternée car il semble habité par un irrésistible élan paternel.

(c'est sûr, son cerveau peut être habité, tant il y a de la place libre)

Jean Denis, ses copains de bistrot l'appelle JEDY (tiens, c'est le retour du Jedy), veut plus de temps pour jouer avec son enfant. Il ne l'a pas beaucoup et il s'embête. C'est vrai qu'il n'y a rien à faire dans cette maison, j'estime à plusieurs mois les travaux de réfection de l'intérieur et dans le coquet jardinet dépotoir. 

 

En fait il a beaucoup de temps devant lui car il ne travaille pas ou plus. Ou pas beaucoup.

Plus pas du tout, que pas beaucoup.

Aucun revenu car c'est sa maman qui l'héberge, le nourri, le soigne, le véhicule, le blanchi ...

(J'allais dire et tout et tout,  comme quoi  c'est contagieux!)

 

Il s'agit d'un couple mère fils qui revendique le petit.

On devine aisément que c'est la grand-mère du petit qui revendique sa part du gâteau (hoooo) que lui a offert son fils unique et préféré.

C'était pour elle une chance inespérée qu'il ait trouvé une nénette, et qu'elle ait un bébé de son Jean Denis dont le niveau de compréhension et de séduction est proche de celui de Ribéry.

Pendant l'entretien elle se tient sur le palier de sa cuisine et n'arrive pas à partir du séjour qui fait aussi: salon, salle à manger, niche aux chiens, hangar à matériaux, remises de meubles, atelier de mobilettes, réduit de cartons éventrés, salle de repassage, cabane à jouer et à dormir, chambre d'amis et salle de dégrisement, labyrinthe, espace de jeux pour chats errants, atelier de réparation de moulins à café,  garage et grenier communal pour la prochaine brocante.

 

Je tolère, devinant que l'un ne peux exister sans l'autre.

 

La mère de l'enfant quand à elle, assure, et ne pose pas de problème.

Elle a quitté ce charmant viking dès son retour de la maternité.

Elle a du le choisir au titre de reproducteur de l'espèce humaine sans toutes les options.

Elle a dû penser qu'elle complèterait l'équipement avec le soupirant suivant.

Un artiste peut être ou un intello.

Cette génération est en train de fabriquer des enfants comme certains construisent une maison. Je fais le bâti avec truc et je prends machin pour la plomberie, bidule pour le chauffage et pignouf pour le toit.

(allez je l'dis) et tout et tout.

Allez bonnes vacances à tous.

J'en prends bientôt mais faut reconnaître qu'après ce type d'entretien cela me fait un sacré dépaysement. 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

babsdragon 26/01/2013 18:16

J'ai travaillé avec tous ces gens là... Et oui, parfois je riais, ou je me retenais de rire devant les images qui m'arrivaient : le costaud pour la carrure, celui qui porte cravate pour la
situation, Einstein pour la réflexion... Pas très futée la mère quand même ! Aurait du revoir les petits pois de Mendel...
Mais oui, il y a des femmes qui pensent ainsi, J'en ai écoutées plus souvent que je ne le souhaitais.
Bonnes prochaines vacances.

chervalin 27/01/2013 09:49



Salut à toi, Babsdragon.


Ce serait avec plaisir que je t'invite sur ce site à nous relater ces petites aventures où la rencontre humaine vient parfois fleurir des histoires de catastrophes relationnelles.


peut être à bientôt



Magalune 13/07/2012 23:25

Bonsoir

malgré la teneur de fond de l'article, je dois dire que j'en aimé le ton et la retranscription :-) ça ajoute aux frissons qui descendent le long de la colonne vertébrale quand on prend le temps
d'imaginer tout ce que ça implique, pas seulement pour cette famille là, mais aussi pour toutes celles qui vont former la future génération...
Un ton satirico-naïf qui m'invite à revenir.
A bientôt donc
belle nuit
Magalie

chervalin 14/07/2012 12:37



Merci pour votre passage que  j'espère régulier


Je tente effectivement d'inscrire ces historiettes sur une perspective transgénérationnelle.


(ce qui se joue là, se répercutera demain)  


a tout de suite


bel et savoureux été



cat 13/07/2012 12:37

malgré toutes ces conditions, il y a l'espoir de se dire que ce gosse est aimé... même si c'est d'un amour bancal... et que c'est peut-être grâce à ça qu'il s'en sortira
cat qui essaye de voir la vie du bon côté...

chervalin 13/07/2012 13:44



Oui c'est juste, cat.


c'est un peu ce que j'ai voulu dire dans ma réponse à SC


Bonne journée et bel été  



Labaronne 12/07/2012 23:39

je suis admirative : raconter ce monde à part du notre, où une mère veut, à travers son fils pas fini, s'approprier le résultat d'une copulation improbable, avec cette pointe d'humour et tout et
tout........
pov' ti bout de gamin, il démarre avec un sacré handicap

chervalin 13/07/2012 09:21



Coucou Madame Labaronne


Il y a un truc qui me chiffonne concernant la copulation improbable, c'est de méconnaître  si d'autres jeunes futures mères, fonctionnent comme cela, faire un enfant idéalisé sur un
mode rationnel. C'est à dire choisir un étalon pour la forme, puis un esthète pour l'image, et enfin un intellectuel pour le contenu.


Quand j'ai demandé à la mère pourquoi elle avait choisi ce nigaud, elle m'a tout de suite répondu parce qu'il était grand et fort et qu'elle voulait que son enfant soit armé pour se défendre dans
la vie. Elle ne la jamais aimé. Elle l'a admiré comme on regarde un tableau et utilisé comme reproducteur.(j'allais dire inséminateur)


C'est ça qui me fait froid dans le genou. j'aimerai savoir s'il y en a beaucoup d'autres.


a plus, Madame la Baronne



SC 12/07/2012 20:02

Bjr je vous lis depuis quelques jours...
Tellement vrai et tout et tout... oui malheureusement pour beaucoup de mômes tellement vrai !!!
Et malgré ça vous avez réussi à me faire rire... c'est dire votre talent de conteur !!!
Bonnes vacances à vous
SC

chervalin 13/07/2012 09:07



Merci pour votre intervention et votre aimable compliment. 


je suis très heureux que vous veniez animer ce blog.


Je ne suis que rarement pessimiste concernant l'avenir des situations présentées. Un jour, sur leur chemin, les enfants croiseront une personne qui fera repère et qui leur permettra de se
résilier. C'est à dire qu'il s'adosseront à quelqu'un de stable sur qui ils pourront, non seulement se construire mais aussi être heureux.


j'aime bien l'idée de conte, même si je n'ai pas la prétention d'être conteur.


Ce ne sont pas des contes à dormir debout. Ils ont vocation à nous tenir éveillé et attentif aux tissages de liens du passé pour aider plus tard, à défaire les noeuds.


Je vais aller me promener sur votre site


A bientôt