taper du poing sur la table

Publié le par lesdesnoueurs.over-blog.com

Je sais , je ne suis pas obligé de regarder les reportages sportifs

,

Alors j'y vais de mon coup de poing sur la table contre les, comment les appelle t-on déjà, les journalistes sportifs .

 On ne sait d'ailleurs pas trop si ce sont des présentateurs d'émissions, des commentateurs, des animateurs ou des journalistes.

 

Ils gâchent tout.

 

Ils veulent commenter comme si c'était pour eux, leur dernier reportage, celui que leurs proches, leurs admirateurs, leurs employeurs doivent retenir à jamais.

Ils commentent pour passer à la postérité.

Ce sont eux les rois du Show et ils tiennent à nous le faire savoir.

 

Pour eux, les sportifs, ces énergumènes qui s'époumonent et s'épuisent à bout de force devant eux, ne sont là uniquement, pour leur servir la soupe.

 

J'ai installé non loin de chez moi une table en chêne, solide et massive afin de laisser libre court à mes colères et parfois je vais taper dessus avec le poing bien sûr.

 

Non mais ils nous agacent avec leurs superlatifs bling-bling et leur esprit comptable.

Tous autant qu'ils sont,( et ils sont un paquet), ils n'ont d'yeux que pour la star.

 

Ils la recherchent, la vantent, l'admirent, l'encensent, se jettent dans les éloges les plus gluantes et sirupeuses, ils valorisent leurs fortunes, la démesure de leurs moyens d'entraînement, le sacrifice de leurs vies personnelles et leurs dons à sa majesté sport.

 

Nous sommes revenus à l'époque de la RDA où la manifestation sportive planétaire était une vitrine de la réussite d'un pays.

 

Là, c'est la réussite du sportif peopolehttp://s3.amazonaws.com/hellotipi/149293M?AWSAccessKeyId=15QS77TRSCPA23ERN702&Expires=1333894760&Signature=Hy0lqhEDQAwjBwOcVl114z0fpus%3D, celui qui sera le plus, le encore plus et le plus encore moins, ceci ou cela, celui qui fera vendre ou tenir en haleine ou pour quelques minutes de plus l'antenne.

 

Les dégoulinances écoeurantes de Nelson Montfort qui superlative tout ce qui bouge, les emballages de Monteil qui s'excite sur son micro.

 

 Il n'y a que les consultants qui brillent dans toute cette mièvrerie sirupeuse .

 

Eux, non seulement ils s'y connaissent, ils ont le désirs de nous apprendre quelque chose, ils ont le respect de tous les concurrents, ils ne s'excitent pas , ils sont calmes et se demandent bien pourquoi tant de stress et de recherche d'émotion, tant  d'étalage de superlatifs 

 

Parfois les commenta- taires sportifs  en ont tellement donné à la vedette médiatique, arrivée troisième qu'ils ne savent plus quoi dire pour les deux meilleures.

 

 Ils parlent davantage de la contre performance de leur star et ne trouvent plus de temps, ni d'éloges pour la gagnante.

 

On devine que les interventions des consultants  ne sont  là que pour donner une caution à l'extravagance du journaliste attitré. 

 

La recherche de la star fait que pour chaque compétition dans laquelle celle ci émerge un tant soit peu, son nom, scandé , hurlé, vociféré, sirupé toutes les deux phrases, sa présence à l'image,  masquant les concurrents suivants en course, on décroche gentiment de l'esprit du spectacle sportif, de la beauté d'un geste ou d'une image.

 

On sort.

 

On sort taper du poing sur la table.

 

Je vous entend dire - T'as qu'a couper le son !

Bah non , c'est pas une solution car j'aime bien les consultants,

 

 Et puis je suis pas tout seul à regarder, les autres suivent les commentaires.

Voilà ce que je souhaite; Ne garder que les consultants pour commenter une épreuve sportive.

 

Je vais taper du poing sur ma table.

 

Chervalin

Publié dans médias

Commenter cet article