Sur l'épaule de la tyrannie

Publié le par chervalin

Elle est venue me prendre par la manche, me tire vers le coffre à jouets et m'indique qu'elle souhaite prendre la caisse aux duplos. Sidonie ne me quitte pas des yeux.

Elle m'attache  avec ses yeux.

Sidonie ne fait pas que parler avec ses yeux, elle relie.

Elle a décidé de ne plus parler.

A quoi servent les mots si les adultes ne veulent pas la croire.

Sidonie à 8 ans.

Aujourd'hui est un jour noir.

C'est la dernière fois qu'elle voit son père dans un lieu protégé et tout  à l'heure, il aura le droit de l'emmener l'après midi chez lui.

C'est inscrit comme cela dans l'ordonnance.

 

Il était mis en examen pour agression sexuelle incestueuse et vient de bénéficier d'un non lieu. 

Il est bien content et il a hâte que tout reprenne comme avant.

C'est Sidonie qui ne veut pas.

Ce n'est pas qu'elle n'a pas confiance. Elle exprime qu'elle est terrifiée, qu'elle est totalement perdue et paniquée avec cette décision.

Pour elle c'est sûr, il va recommencer et même pire.

Le problème c'est que pour nous aussi, il va recommencer.

Car tout dans son comportement montre que c'est  un être abject, dominateur, égocentré, arborant un mépris de sa fille comme des intervenants. Il est froid et indifférent à notre présence.

Il sait qu'il a gagné et nous enjoint avec condescendance de lui "préparer sa fille".

C'est comme cela qu'il nous parle.

Car, comble de notre exaspération, c'est en effet à nous de convaincre sa fille en la rassurant, qu'elle doit aller cette après- midi au domicile de ce père....vers.

 

Elle a encore une demi-heure avec nous.

Elle renverse la boite de duplos sur la table et commence à construire un truc.

Son père arrive et s'installe devant elle en se montrant charmeur, souriant et confiant.

Sidonie sait que derrière cette image se love un personnage réellement tyrannique et destructeur.

Tout le dit dans ses dessins, dans son silence, dans ses tremblements, dans sa crispation et dans ses yeux.

Elle empile très vite les pièces et forme un mur entre elle et lui.

Déjà il est obligé de se lever légèrement pour la regarder.

Ce que veut Sidonie c'est échapper à son regard. Un regard impératif et paralysant.

 

Il n'y a pas assez de cubes.

Elle me supplie des yeux mais je sais qu'il n'y en a plus.

Alors je l'emmène dans une pièce annexe et je lui parle. Je lui donne des stratégies, des trucs, tout ce qui me vient par la tête pour qu'elle puisse s'échapper si d'aventure, il recommençait.

J'arrive à la convaincre qu'aujourd'hui , il ne se passera rien. Car aujourd'hui c'est le coup d'essai.

Sidonie ne me lâche pas des yeux. Elle me fait signe qu'elle est d'accord. 

Nous sommes mal, ma collègue et moi avec cette situation et cette décision car nous en sommes convaincus:

Le juge s'est trompé. 

 

Sidonie est revenue trois heures plus tard. Soulagée.

Elle s'accroche à ma manche et me retient par les yeux.

Non, il ne lui a rien fait. 

La semaine suivante, elle s'est remis à parler, puis à agir.

Elle avait changé de stratégie.

Nous ne l'avons plus revue car, Sidonie s'est mise à fuguer systématiquement le matin du jour J.

Au bout de quelques mois, le père a lâché prise sur conseil de son avocat quand l'enfant à menacé de se suicider.

 

C'était, il y a quelques années.

Je l'ai revue.

Sidonie va bien. Elle approche du bac.

Elle veut faire architecte.

Va comprendre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cat 20/11/2012 09:27

ouf, heureusement que ça finit bien, car franchement j'ai eu mal au ventre en lisant ce texte.... c'est terrible de savoir des enfants plongés là-dedans au quotidien :(

Pastelle 13/11/2012 10:04

Bouleversante la note.
D'autant que je suis en train de lire un bouquin qui s'appelle "Tigre tigre", et traite du même sujet, plus ou moins.
L'une écrit un livre, l'autre construit des maisons.
Mais combien restent sur le carreau...
Mais pour vous, c'est à devenir fou ! De savoir qu'il va recommencer, et de ne rien pouvoir faire... Enfin moi je deviendrais folle. Chapeau pour le boulot que vous faites.

chervalin 13/11/2012 10:58



Bonjour


En fait, rien ne dit qu'il va recommencer avec Sidonie et je dirais même que cela lui sera impossible car Sidonie maintenant sait la loi et que ses agissements sont interdits.


 Avant, nombres d'enfants et de femmes ignorent que ce qui est en train de se passer sur eux n'est pas normal. Elles ou ils doutent de la loi et les agresseurs entretiennent ce doute,
mettent en place des confusions mentales chez les victimes qui n'osent aller chercher du tiers.


Par contre, ce père qui a lâché prise va se chercher une autre victime. Ce sera long peut être mais peu lui importe. En attendant, passera non loin de lui, un ami(e) un(e) collègue de travail, un
subordonné, un ou une voisine qui trouvera cet homme tellement gentil et séduisant qu'ils ou elles tomberont dans ses rets et s'apercevront un jour, toutes déconfites et bien
abîmées qu'elles ont été manipulées ou trahies.



Corinne 12/11/2012 23:07

Ouf !!! Vraiment .... Quel calvaire pour elle .... et aussi pour vous... Combien de cas comme ceux là, aboutissent à des tragédies !!! Quelle injustice dans la justice....
Amicalement

chervalin 13/11/2012 07:36



Bonjour Corinne


Ce type de personnage est tristement plus courant qu'on l'immagine. Il n'est pas l'exception. Nous sommes proches du pervers narcissique et il est difficile pour les magistrats, qui ne le
rencontre qu'en coup de vent, de déceler derrière une présentation charmante et séductrice, ses intentions masquées.


Belle journée à toi Corinne et à bientôt



Labaronne 12/11/2012 21:21

PUTAIN DE BOULOT !!!!!!!!!!!!!! je suis vulgaire, mais c'est déchirant, et quelles ressources ont ces enfants, c'est impressionnant, mais elle, elle s'en sortira, mais combien n'y arriveront pas,
parce que la peur ou la honte domineront ?

chervalin 13/11/2012 07:27



Coucou


c'est vrai qu'il s'agit d'un boulot éprouvant pour le contrôle de soi.


J'avoue qu'il m'a traversé l'esprit de lui dire de partir en courant en passant par une fenêtre.


Mais bon, elle a trouvé une solution toute seule et elle s'en sort plutôt bien.


amitiés Baronne