radioscopie du jeu

Publié le par chervalin

Il me décrit le jeu.
C'est plutôt passionnant. Il s'agit d'un jeu en ligne. Une ville où il faut choisir un personnage et le faire évoluer, le faire vivre sur les champs professionnels, sociaux et familiaux.
 Comme dans la vie quoi! dit-il. 
J'opine du chef, ayant les deux mains prises, l'une par mon crayon, et l'autre par mes cheveux qui commencent à s'inquiéter.
-Voilà!  J'ai créé une entreprise, vous voyez, et je la fais progresser et  j'ai aussi une belle maison avec une compagne et bla bla bla.
Je décroche de sa présentation du jeu car je m'en fiche complètement. Le problème de ce jeu c'est qu'il lui prend 5 à 6 heures par jour et qu'il n'a guère le temps de prendre en charge ses enfants, tous deux collégiens et qu'il les  laisse se débrouiller. 
Puis au détour de sa présentation du jeu, il me dit que sa femme s'y est mis aussi.
Voire même qu'elle est plus acharnée que lui.
En fait , ils se croisent dans la vie réelle car ils ne se côtoient plus, ils cohabitent sans liens autre que la fameuse raison d'état: -on reste ensemble pour les enfants.
Voici qui n'est pas banal.
Enfin.
Je reçois son ex compagne le lendemain et qui elle, souhaite partir de ce chaos relationnel et confirme bien qu'elle est devenue acharnée de ce jeu dont le nom américain m'échappe.
Elle m'explique qu'ils ne s'adresse plus la parole mais qu'ils sont en lien très étroit dans le jeu.
- Il me vient en aide, si j'ai des soucis, il vient d'embaucher mon mari et m'a indiqué des lieux très chouettes où l'on pouvait s'amuser. On se parle et notre entente est super dynamique.
Je ne saisis pas, et elle m'explique qu'elle me parle du jeu.
En fait, tous les deux sont entrés dans une confusion une sorte de collusion (je crois que c'est le bon terme)  et de leur entente inconsciente naît une léthargie et une irresponsabilité concernant la prise en charge de leurs deux enfants.
Pire.
Lorsqu'ils se croisent , ils ne savent plus séparer ce qui est de la réalité de ce qui est du jeu virtuel.
Un jour, elle lui annonce qu'elle va partir car c'est OK pour son nouveau compagnon, qui vient enfin de quitter sa femme.
Il tombe des nues.
-Mais, mais co-comment ça ?
-Bah tu sais bien,  je te l'ai dis!!
-Mais pas du tout, qu'est ce que c'est que ces histoires.
En fait, dans le jeu, elle a choisi un homme et cet homme ressemblait en tout point à notre énergumène inconséquent. Toujours dans le jeu, elle a également choisi un amant et ouvertement s'en est allé informé  celui qui l'aidait, son confident et ami, c'est à dire son actuel mari réel.
Qui se marrait bien. Du mauvais coup qu'elle jouait à l'autre.Ricanons, ricanons.
Vous suivez.
Donc, elle a annoncé par jeu interposé, qu'elle le trompait et avec qui, et qu'elle partait vivre avec le personnage réel de son personnage virtuel.
Vous suivez toujours.
Evidemment il n'a pas apprécié et a décidé de quitter le jeu.
-C'est allé trop loin dit-il, je ne savais plus qui j'étais.
Du coup, il a re- découvert  ses deux enfants.
Avec les problèmes qu'ils avaient entassés en prime, depuis la fuite ordalique de leurs parents.
Et dans le même temps la réalité. 
 

Commenter cet article

labaronne 26/10/2011 22:08


je comprends mieux et te remercie de tes explications - est-ce le même phénomène qui amène des ados à la violence avec armes après avoir passé des heures "dans" les jeux de guerre ? à un âge où il
est parfois difficile de séparer le réel du virtuel quelque chose bascule et ils ne savent plus ce qu'ils sont ?


chervalin 27/10/2011 10:52



je pense que tu as raison. Il serait intéressant de demander à un psychologue d'expliquer le moment de bascule.


Je pense qu'il y a un mouvement qui pousse l'ado à passer à l'acte. Il lui faut une action après s'être abandonné physiquement à la volonté d'un jeu.


Quand j'étais gamin, je regardais un film ou un match de foot ou encore le tour de France. Après, je descendais rejoindre mes copains du "batim" et nous étions tous habités par le désir d'action
en lien avec ce que nous avions "subi" (un spectacle médiatique). Nous nous retrouvions sur le terrain vague, avec une furieuse envie d'en découdre, comme nos sportifs ou héros préférés.


Nous ne prennions pas le temps de la réflexion, de l'imagination, de la statégie ou de l'hypothèse. Il fallait mettre en action, en acte ce que notre cerveau avait reçu comme émotions. Cet état
semble être celui de la naiveté mais est également celui de la libération des tensions.


Pour en revenir à ta question, il semble donc difficile de distinguer ce qui est de ce comportement de gamin soucieux de libérer son énergie et de re-copier ses héros, de ce qui pourrait être un
comportement toxique, psychopathe.


Enfin, j'estime que la question centrale est qu'est ce qui fait que ce garçon, veuille instrumentaliser un jeu pour (se) mettre en scène ?   Quelle est cette scène réellement vécue
qu'il tente de réactualiser par ce jeu ?


 



labaronne 25/10/2011 22:00


est-ce que n'importe qui peut subir les conséquences de cette addiction ? faut-il être un esprit "faible" ou bien tout le monde peut-il succomber ? dis moi


chervalin 26/10/2011 09:27



IBonjour;


Il ne s'agit pas d'esprit faible mais plutôt de collusion. La collusion est une entente inconsciente qui répond à une double attente.  Ici, leur attente c'est de pouvoir l'un et l'autre
continuer d'entretenir le rêve adolescent.


Leur addiction à ce jeu en ligne est un support de ce rêve. Tous les deux sont insérés socialement et ont un travail qu'ils assument, avec même, des responsabilités.


D'ailleurs leur addiction a céssé dès qu'elle lui a signifié oralement qu'elle le trompait.


Ce retour brusque à la réalité les a fait sortir de ce rêve.


Ils ne fréquentent plus ce genre de jeux (à ma connaissance)


Je ne sais pas si tout le monde peut subir ce type d'addiction.