Le signal des larmes

Publié le par chervalin

Elle est rigolote Jade, son sourire est envahissant et tout le monde s'accorde à sa bonne humeur.

Elle vient du Canada. Son accent bien sûr, ses expressions tordantes, sa totale décontraction, sa bière à l'érable, son enthousiasme à faire la fête à toute heure de la journée, sa générosité, son minois attendrissant et sa curieuse cicatrice sur son sourcil gauche.

Et puis ses tableaux.

Jade peint des couleurs merveilleuses des entrelacs de traits et de points qu'elle présente à notre subjectivité.

 

Jade est craquante. Elle effleure les regards de façon subliminale. Tous sont touchés, tous ressentent une étrangeté, un picotement, un champ électrique qui les dépasse.

Jade a beaucoup d'amants.

Jade est âgée de 28 ans, elle laisse sur son passage, un parfum de mystère.

Car c'est bien de mystère qu'il s'agit. Jade cache quelque chose. 

 

Jade n'est pas réellement équilibrée, mais elle l'est à sa façon.

Jade est maniaco-dépressive.

Sa bonne humeur communicative alliée à une générosité débordante laisse parfois place à un retrait total et désespérant.

Des phases mélancoliques qui la plonge dans les ténèbres.

Elle disparait dans les antichambres de la mort et s'éloigne de ses amis.

Elle reparaît dans un ailleurs géographique, dans un nouvel endroit où elle repart avec cette étrange facilité à la conquête d'amis sujugués à leur tour.

  

Mais Jade ne respecte pas sérieusement les prises régulières d'un traitement stabilisant mais exigeant.

Sa fragilité la laisse aller à faire du yoyo.

Pourtant elle dit envoyer des signes avant-coureur à l'arrivée de la phase mélancolique.

- Je sais que cela va venir car, je me sens triste et moi qui ne pleure jamais, je verse des larmes.Ils devraient le savoir à force......

 

Un signal d'a  larmes en quelque sorte.

 

Hélas, elle change trop souvent de petit ami et le cercle social de ses relations est brusquement déchiré par ses hospitalisations et ses éclipses.

Jade est amie avec tout le monde.

Elle n'arrive pas à imaginer que toutes ces personnes ne sont pas forcément en lien, ne savent pas faire avec les troubles qu'elle présente et l'invitent plutôt à peindre pour aller mieux.

 

L'autre  problème de Jade c'est qu'elle a déjà trois enfants.

Elle est enceinte du quatrième alors qu'elle ne prend pas du tout en charge les trois premiers.

Elle est rayonnante et heureuse.

Comme pour son premier, il ya déjà 11 ans.

Mais là, elle n'est pas trop contente Jade, car le médecin lui conseille de ne pas le garder.

Alors doucement  Jade pleure et de grosses larmes tombent au sol.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chouette-chouette 26/01/2013 17:43

Dure la vie...

Bé@ 20/12/2012 12:35

On disait "maniaco-dépressif", maintenant bipolaire. Mais explique-t-on l'origine ? Chez les ados, bcp de hauts et de bas soudains aussi mais on sait que c'est du aux hormones...

Nais' 15/12/2012 14:44

Ce texte est poignant, et criant de vérité... Combien de femmes ressemblent à Jade, joyeuses et souriantes en surface et torturées dans le fond ?
C'est terrible, et c'est ici exposé sans prise de parti. Juste une exposition des faits, et rien de plus.
J'aime beaucoup

Pastelle 12/12/2012 10:35

Ma fille a justement rendez vous lundi à Paris pour un entretien concernant un stage à La voix de l'enfant. Peut être finira t-elle par s'occuper des enfants de Jade ?
Merci de me rassurer un peu en tout cas.

Pastelle 12/12/2012 09:25

J'ai le même sentiment que la Labaronne, d'autant plus que ma fille veut faire le même boulot que toi. J'ai mal pour elle, j'ai mal pour toi, j'ai mal pour eux...

chervalin 12/12/2012 10:22



C'est formidable qu'elle fasse ce métier.


Il ne faut pas s'inquiéter. Avec un peu d'ancienneté on prend de la distance. C'est le fait d'être un professionnel et donc d'avoir un statut qui protège des attaques sur notre sensibilité.
Il faut rester sensible mais éviter de rejoindre l'autre souffrant dans sa souffrance. Car dans ce cas, on souffre à deux. 


Ces petits textes servent aussi à cela. Dire ou écrire, partager ou dialoguer sur une situation, (même si celles-ci sont quelques peu arrangées) c'est aussi s'en séparer.


Merci Pastelle et merci La baronne pour votre gentilesse. J'ajoute que dans ce métier, il y a bien plus de moments sympas, de rencontres enrichissantes et joyeuses que de situations
compliquées.