Le piedestal

Publié le par chervalin

Pour lui, il est trop grand, trop imposant, trop fort, trop immense, trop lointain, trop inaccessible.

Trop toujours trop.

Ce n'est pourtant pas l'envie de le rejoindre qui manque.

Il pose ses yeux immenses sur lui, comme si la vie ne pouvait que circuler par là.

 De lui.

Comme un dieu, comme un roi.

Mais le piédestal est si haut. 

Pourquoi faut-il se construire une image de père pour devenir un homme.

Quel est ce passage obligé qui nous pousse à sortir de l'adolescence.

Et comment trouver la porte quand celle-ci est invisible à son regard avide de grandir.

Un père n'est pas uniquement le lignage ou le sang.

Il doit être là. Proche. Accessible. Passeur.

 

Mais celui là est posé sur un piédestal.

Là haut.

 

Ainsi être fils de député, footballeur, vedette ou star des médias, écrivain, capitaine d'industrie ou de navire, être fils de celui qui s'est fait tout seul.

C'est découvrir que le chemin est plus long , plus difficile et plus intense pour rejoindre le père.

C'est aussi se penser inférieur et s'interroger sur sa place de fils

Et construire l'idée d'indignité.

C'est aussi engager un combat contre soi.

Un combat que l'on perd souvent.

Alors il reste la fuite.

Dans la drogue, dans la perte de soi et de sa conscience.

 

C'est ce que me dit ce garçon, qui ne sait pas vraiment pourquoi, il a voulu tuer toute cette famille.

Surtout le père. 

Publié dans adolescences

Commenter cet article

Uurk 25/08/2011 01:39


Rares sont les textes qui savent traduire tant d'émotions en si peu de lignes.
C'est tout à fait par hasard que je me suis retrouvé ici, et peut être est-ce le destin qui m'a balancé en ces lieux pixelisés. Quoi qu'il en soit, je laisse ici une trace, pour dire combien ces
micro-histoires censées avoir si peu d'impact pour le commun de la masse peut parfois se faire poser les bonnes questions. Parfois même prendre des décisions sur le tas, qu'on mettra quelques
années à comprendre.

Mais oublions mes mots dénués de sens premier, et concentrons nous sur l'objet de mon commentaire; je viens pour dire a quel point les articles sont percutants, et te souhaite, Chervalin, de
continuer aussi longtemps que faire-se peut.

Amicalement, Uurk.


chervalin 28/08/2011 12:32



merci de cet élogieux compliment.


Je suis allé sur votre site et je vous rend la pareil concernant l'originalité et la qualité des textes. 



isdael 30/03/2011 08:17


Trés belle lecture qui fait réfléchir, que le chemin d'un enfant est difficile pour devenir l'adulte !!!!!


chervalin 04/04/2011 08:28



Il arrive qu'il soit seulement difficile de rejoindre le père et pourquoi pas de le dépasser.


ce n'est pas un long chemin. Mais c'est aussi au père de le permettre.


Le toujours plus, toujours mieux de la compétivité impose trop souvent des comportements égocentrés du père qui ne distingue plus son épouse et ses enfants.


Hélas, il n'y a pas d'école pour apprendre cela.



labaronne 27/03/2011 22:12


ça fait froid dans le dos, on se demande en lisant ça si on a pas raté quelque chose avec nos propres enfants