le jardin

Publié le par chervalin

Elle a beaucoup de chance, Any. 

Une chance qu'elle mérite si on étudie un peu son histoire.

Elle n'a pas encore 20 ans lorsqu'elle rencontre Steph, un beau surfeur musclé avec uns gueule d'ange. Elle l'aime, lui pas du tout.

L'histoire d'amour sera brève mais se concluera par l'attente d'un marmot dont il refusera la paternité.

- S'il fallait que j'assume tous les gamins que les filles veulent avoir de moi... Elles sont frapadingues avec ça!

Any y a cru, un petit moment et a tenté de le raccrocher pensant qu'il allait céder lorsque ce petit allait naître.

Mauvaise pioche. Elle a quitté la Réunion et a débarqué en métropole sans trop de diplôme si ce n'est qu'une formation  BEP sanitaire et social mais sans le diplôme en poche. 

Elle est tellement jolie Any qu'elle ne met pas bien longtemps à retrouver un soupirant un peu soupireux d'ailleurs.

Le soupireux est totalement hors service, défoncé par la dope qu'il s'étonne que la belle ne s'aperçoit de rien. Et c'est vrai, Any ignore totalement la coke et le shit, ses effets et ses conséquences. Elle ne repère rien et amoureuse sur les bords de ce gars sérieux et tellement extraverti qu'elle s'installe chez lui sans repérer qu'il cherche une cendrillon pour son intérieur un rien délaissé.

Une année plus tard, un petit enfant est attendu mais la police lui explique qu'elle est certainement complice d'un trafic de drogue car elle a été prise en photo avec un fournisseur et donc que ce petit naîtra en prison. 

Et donc aussi, que le premier va être placé.

Et donc encore qu'elle perd son boulot, son logement et qu'ils vont faire une enquête à la Réunion pour en avoir le coeur net.

Elle est tellement jolie Any, qu'elle arrive à convaincre qu'elle n'y est pour rien et qu'elle ne pourra pas vivre sans son petit et que l'autre, celui à venir, si elle est en prison, elle s'arrangera pour qu'il meure.

Alors Any est placée dans un centre maternel pour femme seule avec enfant dans l'attente du procès.

Elle est tellement jolie Any qu'elle est vite repérée par les loulous qui tournent autour de cette maison d'accueil, qu'elle est vite séduite par l'un d'eux peu après la naissance de son second bébé.

Mais voilà c'est pas un tendre le Bernardo.

Des greluches récalcitrantes, il en a vu d'autres et chaque contrariétés est conclue par une paire de baffes que, il en est convaincu, elle est venue chercher.

- Ouai, elle pouvait pas ignorer qui je suis et elle est venue trouver un peu de frisson et d'adrénaline, flirter avec la limite et la violence. Elles aiment être dominées et sentir l'homme dans sa sauvagerie. Cela tombe bien, j'excelle.

Chaque soir où elle est autorisée à sortir pendant que des éducatrices gardent ses enfants, Any revient un peu plus fatiguée et ternie par la vie. Elle tente de masquer les sévices et autres violences qu'elle ne sait pas arrêter car, ce brave Bernardo n'ignore rien de sa situation et lui a promis un avocat tellement bon qu'il n'y aura même pas de procès.

Elle le rencontrera après demain.

Elle espère Any.

L'avocat est tellement bon qu'il ne peut s'empêcher de lui imposer une relation sexuelle, non sans avoir au préalable, soutiré le peu d'argent qu'elle avait à disposition.

Elle a appris, peu après qu'un avocat ne recevait pas dans une chambre d'hôtel mais dans un cabinet.

On ne peut pas être plus perdue.

Et puis enfin, la belle Any, une fin d'après midi de désespoir, s'assoit là sur le vieux banc du parc qui orne avec recherche la maison d'accueil.

Il y a là, tranquille et accueillant comme son jardin, un jeune jardinier qui semble bien vouloir s'arrêter.

En effet, il se pose à coté d'elle sur le vieux banc.  

Sans trop s'en rendre compte Any parle de ses malheurs à ce jardinier qui lui a fait remarquer que cette année, les magnolias étaient un peu en avance. Il a perçu en homme habitué à l'équilibre des choses de la nature, à l'équilibre entre les jardins et les humains qui les fréquentes, il a compris que cette belle Any était malheureuse et comme une fleur  mal bienvenue, qu'elle allait mourir.

Il a pris le temps de l'écouter de lui permettre de se dire, sans juger sans, craindre ses mots et sans chercher à s'imposer.

Il lui a dit qu'il fallait qu'elle change de terre et d'environnement humain.  

Alors , elle l'a suivi en étant étonné de sa gentillesse et de sa belle maison.

Et puis, il y avait le jardin. Un jardin où se mêlaient les couleurs, les essences, les oiseaux, les odeurs, les chemins, les arbustes odorants et les arbres colorés. Un jardin presque sauvage et pourtant ordonné, un jardin vivant, où ses enfants pouvaient se cacher et être retrouvés, des pétales de fleurs dans les cheveux.

Heureux.

Elle aussi d'ailleurs.

Elle l'avait trouvé son prince charmant. Celui qu'elle avait rêvé.

Alors Any a retrouvé la chance.

Un emploi et un directeur attentif qui rapidement lui a proposé une formation qualifiante, un toit chaleureux, des amis charmants, un compagnon sensible et doux, un non lieu pour son affaire, des enfants en bonne santé et puis.....

....et puis ce jardin. 

Une représentation de la vie heureuse là, sous ses yeux, avec et maintenant  en elle, la nature qu'un homme, son jardinier, avait lentement sculpté pour elle, en attendant qu'elle arrive.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cat 23/04/2013 08:07

Même quand on est au fond du trou, ça fait du bien de savoir qu'il y a toujours une chance de s'en sortir. Belle histoire !

chervalin 23/04/2013 11:55



merci.


Je n'ai pas souvent connaissance de la suite des situations et je suis toujours ravi quand tout va mieux quelques temps plus tard. Très belle journée Cat



Bé@ 19/04/2013 13:08

Ce dénouement est merveilleux, j'espère qu'il est vrai. Ce qui tombe doit remonter. A l'hiver succède le printemps. Pourvu que ce soit vrai. Pourvu...

chervalin 19/04/2013 18:43



oui bé@ a peu de chose prêt tout est vrai. Et encore, je n'ai pas précisé le lieu qui est un chouette endroit



Corinne 18/04/2013 01:00

Tout est dit dans les commentaires précédents. Au départ je frissonnais en imaginant le pire pour cette enfant trop naïve, puis voilà que c'est presque le jardin d'Eden... C'est bien que tu nous
démontres que OUI les fins heureuses existent grâce à de belles âmes... Merci.

Pastelle 16/04/2013 21:51

Emouvante histoire. C'est si bon quand ça finit bien...

chervalin 16/04/2013 23:10



parfois, les histoires se rapprochent des épisodes de séries américaine et on s'aperçoit sans aucune arrière pensée qu'effectivement cela fait du bien



Labaronne 16/04/2013 21:37

c'est une première, tu me fais pleurer, de tellement d'émotion, enfin ce qui était un drame se termine en conte de fée, je suis heureuse, puissent toutes les Any de cette terre trouver un homme
amoureux de la nature

chervalin 16/04/2013 23:22



prend un bout de terrain en friche, dessine avec tes pas des chemins et forme de petits ilots de verdure sauvage et folles. Alors regarde les ilots se débrouiller et combattre pour se réorganiser
et s'ordonner avec les autres, se faire attractifs pour attirer les insectes, les oiseaux, les rayons de soleil et tu verras l'alléatoire de la vie, des possibles et des fleurs pousser là où il
n'y avait rien, là où tu as tracé un chemin.


C'était pas trop organisé, mais le résultat est beau si on prend le temps d'observer sans aller contre la nature.


C'est cela un jardinier.


C'est un gars bien qu'elle a enfin rencontré