Le cafarne

Publié le par chervalin

Elle est gentille Solange, dans ses habits rétro, son intérieur est à son image, désuet, tristounet.

Solange a d'immenses yeux. Le reste paraît superflu.

Elle me regarde, on dirait qu'elle ne sait faire que ça.

Regarder.

Forcément avec de tels yeux.

Si seulement ils étaient beaux ou ensorcelants.

 

Alors elle m'écoute, ne sait que dire et tente de se montrer utile car elle aussi, elle veut comprendre..

Elle vient d'apprendre que son mari, son Lulu, travailleur, honnête, gentil et tout, est en prison.

 

Pour un moment sans doute, car la liste des enfants qu'il a agressé s'allonge au fil des jours et de ses déclarations.

 

Elle est gentille Solange, mais j'ai comme l'impression qu'elle fermait les yeux et se refusait d'admettre ce que tournicotait son Lulu quand il emmenait les gamins dans son camping-car.

- Il était pas causant vous savez. Il me disait rien. Les gamins étaient contents quand ils revenaient. Ils ne pleuraient pas.

Alors si tout allait bien pour eux c'est donc qu'il ne se passait rien de fâcheux. Lulu, il leur faisait pas de mal. J'en suis sûre. Il achetait toujours des cadeaux pour eux. Il avait des bonbons aussi.

 

- Pourquoi je ne partais pas avec lui avec ces gamins ? Mais Monsieur, c'est qu'il ne voulait pas. Il disait qu'il avait besoin de prendre l'air et de partir comme cela une journée. C'est vrai que je n'aime pas bien faire des kilomètres. Je m'embête en voiture.

Alors puisque Lulu avait besoin. Elle restait seule à la maison.

A l'attendre.

Elle se disait, c'est quand même bizarre ces gamins. Presque jamais  les mêmes. Des fils de ses copains qui ne savaient pas trop quoi faire avec paraît-il. Souvent pour des histoires de couples qui n'allaient pas trop.

Lulu, il est bien brave de les aider et de leur donner un peu d'air. Elle ne voyait pas le mal.

Elle ne  voit jamais le mal, Solange.

C'est pour cela qu'il la choisi, le Lulu.

Elle est une fille simple, comme on dit par les fermes alentours.

 

Solange ne pleure pas. Elle est inquiète pour son Lulu. Elle interroge et se soucie du confort dans la prison.

Elle pense qu'il va sortir comme on sort d'un interrogatoire au commissariat et demande si elle peut lui apporter quelque chose à manger.

Les gendarmes sont passés la voir hier et ont fouillé partout.

- Ils ont dit " c'est un vrai cafarne à homme". C'est quoi ça le cafarne ?  Il est gentil, Lulu. Il parle pas, mais il m'a jamais tapé. Si, des fois, quand c'est qu'il boit. Mais il s'excuse après. Quand on s'excuse c'est pas comme quand on s'excuse pas.

 

Elle pense simple Solange. Les garçons, elle ne voit pas bien ce qu'il pourrait leur faire car c'est des garçons quoi.

Elle me regarde étonnée que je ne comprenne pas.

Bah oui, des garçons c'est pas des filles.

Certes Solange. Certes.

- Dites m'sieur, c'est quoi le cafarne, parce que mon Lulu, il a rien fait de mal.  

Commenter cet article

Nais' 04/07/2012 10:41

Encore un texte bien sympathique,a nouveau troublant et dérangeant ! C'est superbe, cette facon dont tes écrits me prennent aux tripes, il faut continuer :)

Labaronne 03/06/2012 23:22

comme à chaque fois je dois te relire plusieurs.....fois - le cerveau humain est-il capable de fermer des portes pour sa survie, mettre de coté ce qui gène, ce qui pourrait faire que notre vie peut
s'écrouler, "faire comme si", comme quand nous jouions enfants ? j'en suis persuadée. elle sait, elle a bien compris, mais ne veut surtout pas mettre de mots sur tout ça, c'est sale alors pour sa
tranquillité elle se préoccupe du confort de son homme, des fois qu'il manque de quelque chose........mais les enfants dans tout ça ? elle n'y pense pas, ils ne pleurent pas.

chervalin 04/06/2012 21:49



Merci  baronne


Solange est une illustration de l'impensable. 


 Selon elle ce que fait son mari n'est pas possible, ni naturel. Ainsi, elle ne peut le penser. Des barrières sont en place pour que cela reste en dehors de sa pensée. Elle trouve alors des
arguments logiques pour donner corps à ces barrières.


Bah les enfants ne pleuraient pas.......



Corinne ^^ 03/06/2012 20:10

Combien de cas limite nous rencontrons c'est effarent toi qui et encore professionnel tu es face à eux et moi qui l'ai été je me retrouve les bras ballants ! C'est terribles ces situations bien
plus nombreuses qu'on ne le pense ! Tu vois beaucoup m'écrivent sur mon blog de penser à moi et bien je ne peux pas ! Il y a un manque flagrant de professionnels, et pourtant c'est tellement
important pour essayer d'éviter des situations comme celle de Solange ! Lorsque je travaillais les services de suite n'existaient pas, nous faisons le travail en plus sans compter... Je me souviens
qu'à l'époque j'étais fiancée avec Christian, il râlait parce que je faisais des heures en plus... Mais c'était tellement important pour moi d'accompagner ces jeunes adultes démunis.... De loin en
loin j'ai eu des nouvelles, certaines terribles comme ton témoignage !!!
Courage à toi, c'est génial que tu ais encore la foi...
Je t'embrasse Nahhhhhhhh ^^

Corinne ^^ 03/06/2012 00:15

Terrible cette histoire ! Terrible parce que les esprits simples ont le droit au bonheur mais........... Je ne sais qu'écrire, il me faudrait des pages ou pouvoir m'exprimer à haute voix, en
débattre ! Je ne sais si tu passes chez moi parfois ! Hier, j'ai raconté ça "QUE VA t-elle devenir ?" Elle pourrait être un jour Solange...
Amitiés
P.S: Il y a deux semaines j'ai créé un blog avec juste l'histoire de Césaire et aussi des portraits , je prends le temps, c'est pas facile de remonter le temps, les émotions reviennent au galop,
mais j'ai besoin de témoigner, partager, aider ! Je n'arrive pas à te mettre le lien

chervalin 03/06/2012 14:02



j'y suis allé.


j'ai pu faire la connaissance émouvante de Césaire.


De ses joies et de ses déceptions aussi.


Solange, n'est pas un esprit simple. C'est une personne que l'on appelle "cas limite" capable de vivre en autonomie, de s'intégrer socialement , de fonder une famille, de
travailler,  mais hélas teriblement manipulable et fragile. Elle a des difficultés a repérer ce qui est bien ou mal, ce qui est de la loi ou pas. Ils sont très nombreux a être dans son
cas. Parfois ils se retrouvent  isolé au coeur d'un mécanisme d'enfermement. Personne ne le voit.