le a-père

Publié le par chervalin

Il a 16 ans, respire la vie et sa soif de bouffer l'univers des vieux et dégage la candide insouciance de la jeunesse.

 

Il est rayonnant et ma foi, heureux.

 

Tout va bien pôur lui, brillant élève, sportif généreux et bouille charmeur.

 

Ses parents se sont séparés, il y a 10 ans déjà et il s'en accomode sans dégats.

 

Il navigue au gré des weekends chez l'un et l'autre et picore ce qu'il y a à picorer pour tricoter sa tranquilité.

 

Pourtant le père s'essouffle financièrement et s'agace de règler le montant de la pension alimentaire qu'il estime exorbitant.

 

Il écrit au JAF afin de demander une petite réduc.

 

Mais l'ex se braque et résiste. Il semble qu'elle va l'emporter.

 

Alors ce père soucieux de règler les traites de la piscine et de la BMW décide de sortir son arme fatale:

 

-Ecoute, si tu cèdes pas, je lui dis que je ne suis pas son père et tu te chargeras de lui expliquer!!!!

 

Cela n'est que trop vrai !

 

Elle décide de lui annoncer elle même, certaine qu'il s'agit là d'un rétablissement de la vérité et que son fils a le droit d'accéder à ses véritables origines.

 

Elle l'informe de la demande de son père de ne plus verser les crédits néccéssaires à ses cours d'équitation, qu ceux ci vont de voir cesser.

 

Et là au détour d'une phrase, elle lui déclare que son père légalement responsable de lui n'est pas son père biologique.

 

Elle lui nomme celui qui est l'auteur de ses jours.

 

Un ado c'est un peu un chat. La maison semble être son refuge et rien ne devrait venir troubler l'envahissante quiétude de la nonchalance.

 

Cette annonce là agit comme un détonnateur où le refuge explose.

 

Brusquement il découvre qu'il est orphelin et n'a plus de racines.

 

Il ne sait plus marcher.

 

En fait il ne peux alors que voler.

 

C'est ce qu'il fait depuis deux ans maintenant.

 

Il refuse de se poser et d'entendre les paroles d'adultes dit sensés.

 

L'espace dans lequel il navigue dans un univers sans projet et sans pensions alimentaires ressemble désormais vraiment à celui des chats.

 

Et ses trois parents se regardent sans parler à son chevet.

 

Chervalin

  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bé@ 24/05/2011 10:24


Une parole, une attitude, peuvent se transformer en glaive. Comment ne peut-on voir, quand on est parent, le sang moral de son enfant ?


Covix 20/02/2011 16:23


Bonjour,
très dure réalité, que nous les adultes ferions mieux de regarder en face, c'est déjà un déchirement, les enfants savent jouer sur les sentiments des parents, mais si ceux la ne mettent pas leurs
querelles en sourdines....
Bonne fin de journée
@ plus


chervalin 01/03/2011 22:07



Merci Covix


Ce que raconte cette histoire n'est autre que l'utilisation de l'enfant comme prétexe pour règler définitivement ses comptes avec l'Autre.


l'Autre cet ingrat qui nous a abandonné , laissé et nous a exposé  hors de sa protection.


Il s'agit là de vengeance sourde.


Qui montre d'ailleurs combien l'idée d'enfance est enjolivée et ne sert bien souvent qu' à titre d'outil ( ou pire d'arme) contre celui qui a brisé les liens  de notre projet de vie.


a bientôt de vous lire


Chervalin


 



écureuil bleu 14/02/2011 22:04


Bonsoir. Je viens de chez La Baronne des Iles. Ce récit est poignant.
Brigitte


isdael 13/02/2011 20:41


Je suis heureuse que la baronne m'ai fait connaitre ce blog, mais que dire si ce n'est des pages entières faudrait-il écrire , LES PARENTS tout un programme !!!! je plains les enfants qui ne
deviennent qu'une monnaie d'échange lors des divorces , subissent des pressions d'un côté de l'autre , ENFANT né de l'amour!!!!!! sois disant


Labaronne 05/02/2011 22:00


je vois ça tous les jours, et du mieux aussi mais surtout du pire - les adultes ont oublié qu'ils ont été des enfants, des ados avec une sensibilité à fleur de peau - je suis révoltée par leur
comportement égocentrique - un enfant devrait toujours être protégé de la connerie des parents


chervalin 06/02/2011 07:21



Merci pour votre commentaire


c'est un peu vrai


Il n'existe pas de cadre légal qui vienne baliser le rôle de parent lorsque celui ci est tenté d'instrumentaliser son enfant.


Faute de père, celui-ci est allé en chercher un, marqué par le cadre institutionnel: un juge.


Mais maladroitement. Il est mis en examen.