La piqure de rappel

Publié le par chervalin

Iena avait l'interdiction de sortir après 20H.

Une obligation sèche et impérative du Juge d'instruction.

Iena avait accepté car au moins, elle était libre.

Iena est mise en examen pour une série de vols commis en début de nuit.

Ceci explique cela. Sauf que Iena ne voit pas le rapport et comme lorsqu'elle était à l'internat, elle tentera le plus rapidement de s'échapper de ce filet aux mailles trop souples, pour son désir de liberté.

 

Iena n'avait pas le droit de sortir après 20H

Elle promet, elle dit oui à tout, elle ne cesse de me dire des dizaines de  bien sûr, vous avez raison, il n'y aura pas de problèmes avec moi, bien sûr que j'ai compris m'sieux, oh la la , je ne veux pas aller en prison. 

Elle repart guillerette et sinueuse vers ses projets incertains.

Iena serait presque jolie si elle n'était pas aussi bécasse.

Elle ne distingue même pas que l'on est pas dupe de son discours.

Un  vingtaine d'années, menue, décolorée, elle est vêtue en style pré ado, caleçon bariolé et short de scout trop grand, bonnet péruvien, anorak gonflé à l'hélium.

Elle volètte dans la vie, en dérobant de ci de là, en mentant, trichant, en découvrant maladroitement le monde libre depuis qu'elle a quitté le foyer des jeunes, l'an passé.

Pas de famille, pas de boulot, pas de logement stable elle erre, chez des potes pour qui elle paye en nature ces dépannages express.  

 

Iena n'avait pas le droit de sortir après 20h et devait rester chez cette tante, pourtant bien dévouée qui s'était attendrie pour cette délurée insaisissable et lui rappelait inlassablement chaque jour, qu'il y avait une heure à ne pas dépasser.

Chaque jour, comme une douleur sans arrêt réveillée à heure fixe.

Une piqûre de rappel. Où qu'elle soit, dehors, dedans, sur sa messagerie, sur la tablette des toilettes.

Iena a tenu comme cela, pendant un mois et brusquement s'est énervée. Elle n'en pouvait plus de ces piqûres de rappel, cela l'exaspérait   :

- Vous comprenez, je pète les plombs. C'est plus possible, ou vous dites au Juge de changer les horaires ou je me barre.

 

Iena ne sait pas faire avec la Loi. Elle ne sait pas faire avec l'autre qu'elle tente systématiquement de séduire et de manipuler pour mieux l'utiliser ou l'exploiter. Iena est une fille qui ignore l'altérité. Elle est et se pense au centre d'un univers où l'autre avance vers elle pour la bouffer et donc qu'il est important qu'elle se défende par la ruse ou par l'astuce.

L'autre ne peut pas l'aider car un jour, un certain autre l'avait  déjà détruit lorsqu'elle avait 8 ans.

 

20h c'est une heure limite pour l'aider à se confronter à la Loi.

Iena n'a pas pu tenir. Elle est restée dehors sans trop savoir quoi faire mais en sachant qui aller voir.

22h. Iena était fatiguée d'avoir marché. Elle avait envie d'être embrassée par un mec.

Elle toque furtivement et pousse la porte.

Aie.

Elle l'a trouvé dans les bras d'une autre.

Elle ne savait pas que son amoureux pouvait être  aussi menteur qu'elle.

23h . Iena a saisi ce qu'elle a trouvé sous la main.

C'était un fer à repasser.

Il a volé vers le lit et est retombé sur la  joue de la jeune fille.  

Évidemment les urgences ont appelé la police et évidemment Iena a été retrouvée. 

 

Il est paradoxalement 20h et elle est devant moi avant de prendre la direction de la maison d'arrêt. Elle pleurniche 

-Vous allez lui expliquer au Juge, m'sieux que moi, je vais péter un câble en détention.

-Désolée, Iena mais c'est pourtant là que l'on accueille les filles dangereuses.

 

 

 

 

 

 

Publié dans adolescences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Corinne 29/11/2012 19:42

Purée quelle désespérance de quoi se taper la tête contre les murs !

chervalin 29/11/2012 21:09



c'est vrai. c'est dur. Je dis souvent que nous avons toujours à faire avec d'anciens enfants souffrants. Mais que faire avec cette souffrance toujours active et qui ne guerit pas. Et pas plus en
prison.