la glace au citron

Publié le par chervalin

Il a de l'énergie, du dynamisme, des idées, un brin de charme et attend l'arrivée du prochain bateau.

Il est  posé là sur le quai, nonchalant et souriant.

Le soleil commence à tourner sur sa charrette à glaces et il bouge légèrement le parasol.

Il sait qu'elle va à nouveau ralentir, hésiter devant la charrette, faire semblant de chercher dans son sac, le regarder furtivement. Il sait qu'il lui lancera un hello sensuel et .

Il devine que c'est à lui de faire le pas et d'oser lui proposer un baiser furtif.

Il apprend aussi la patience, l'attente.

Il apprend aussi l'amour du gout et l'application du produit de qualité.

C'est un peu beaucoup pour elle.

Il découvre le coeur qui s'affole, son rythme qui s'accélère à l'arrivée de la navette. Et se dit qu'il doit s'approcher de l'idée du bonheur.

Aujourd'hui, elle passe sans s'arrêter. Il n'ose l'appeler. Des clients eux aussi fidèles, sont déjà devant son étal.

La journée a été bonne et décevante.

Il commence à plier, le client se fait rare et devine une silhouette hésitante et fragile, adossée, non loin à un muret.

C'est elle. Elle ne sourit pas.

Elle pleure.

Alors vite il confectionne une glace à la noix de coco et lui apporte, délaissant son étal.

Voilà c'est ainsi qu'ils  se sont connus. Entre eux la glace à fondu.

 C'est romantique.

15 années plus tard, le petit ange famélique et attendrissant est devant lui.

Elle sort de la piscine, les cheveux collés et les yeux brillants.

Elle s'étonne de le voir revenir  si tôt et s'inquiète de repérer sur son mari, un visage dur.

Il lui tend le texto, plutôt chaud que son amant vient de lui faire parvenir.

Moment désagréable pour le moins.

Elle supplie, demande pardon et construit, à la va vite une explication vaporeuse, mais juré craché il ne s'est rien passé.  

Il devine qu'elle se joue de lui mais il a envie de la croire.  

En fait, il a besoin de la croire.

Il veut demeurer son épaule, son havre et veut garder à jamais le gout de  la glace à la noix de coco. 

Il lui faudra deux mois pour saisir qu'elle s'éloigne de lui et enfin comprendre qu'il doit se détacher.

C'est lui qui demande le divorce.

Alors brusquement elle fond, elle  rompt avec sa relation et souhaite repartir avec lui sur d'autres bases.

Il est prêt à revenir sur sa demande de séparation mais il veut du concret. Il lui propose une thérapie de couple.

Elle dit être d'accord mais après qu'il ait retiré sa demande de divorce.

C'est là qu'il comprend.

La glace, le regard furtif, l'insistance, les pleurs, les bras chaleureux, la glace encore mais à plus grande échelle où elle est devenue co gérante, la glace devant la piscine tant désirée (il n'aime pas nager), la noix de coco des voyages dans les iles et le travail, son travail, refuge et valorisation, son travail qui devenait source de profit pour elle.

Il comprend que ces 15 années n'ont été que tricherie, dupe et manipulation.

Il lui demande comme ça  de partir.

Sans éclat, sans violence, sans mot. Il commence à parler de partage des biens, de pension alimentaire.

Verser de l'argent, Il veut bien, mais il veut surtout qu'elle parte.

Elle a fait 3 tentatives de suicide.

Il n'a pas bougé.

Il continue de faire des glaces.

Sauf celle à la noix de coco.

Celle au citron est parait-il délicieuse.

 

chervalin

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bé@ 24/05/2011 10:19


Un récit superbement raconté. Un glacier averti en vaut deux. Il peut jurer, un peu tard, qu'on ne l'y prendra plus, en tout cas il aurait sûrement préféré rester dans son cocon d'ignorance. La
lucidité n'a pas le goût exotique des îles...


cacao 20/02/2011 11:07


Belle et dure histoire, bien écrite, et qui en rapelle d'autres. Triste et plein d'espoir à la fois, car il y a tant d'autres parfums de glaces à essayer ! Félicitations.


chervalin 21/02/2011 20:44



Merci pour toutes ces impressions.


C'est promis, j'irais me promener sur vos blogs.


Se rapprochant de ce texte, de son contenu et de la trahison du bonheur inconscient que l'un dépose sur l'autre il y a aussi dans décomposition familiale  "qu'auriez vous fait?"


 



isdael 20/02/2011 09:04


Joli billet , pour les divorcés il a une autre raisonnance bien sûr, mais je suis comme lui ; comme j'apprécie l'acidité d'un citron, que je trouve plus doux qu'une cuillére de miel !!!!! ainsi va
la vie bon dimanche


chervalin 01/03/2011 22:08



Magnifique post


Merci Isdael



labaronne 19/02/2011 22:00


le citron peut aussi être doux, après l'amertume de la noix de coco qui a tourné - beau texte encore, merci


Marc de Metz 19/02/2011 19:07


De la déconjugaison de mon mariage je n’ai rien oublié malgré les presque trente-cinq ans presque passés. Ton texte est très prenant pour qui est passé par cette étape dans sa vie. Je passe te
déposer ce message, celui que je laisse à qui a demandé à nous rejoindre parmi les Architectes d’intercoeurs.

Bonsoir. Je vais accueillir « officiellement » demain matin ton blog. Aujourd’hui, je viens de l’accepter avec plaisir, parmi ceux des Architectes d’intercoeurs. Demain je publierai un article sur
mon blog pour y annoncer son arrivée. J’ai rajouté dès maintenant sa bannière dans la galerie des Architectes d’intercoeurs. Celle-ci est accessible en permanence au début de mon blog dans le
module « Rencontrer les Architectes d’intercoeurs ». J’ai de prêt sur mon blog un article pour y annoncer ton arrivée. Je te souhaite la bienvenue en te remerciant d’avoir souhaité nous rejoindre
parmi les belles personnalités et les beaux talents que tu connais peut-être déjà ou que tu découvriras, si tu le désires. La solidarité est une valeur partagée par beaucoup d’entre nous. Je suis
heureux que tu nous rejoignes. Je te souhaite une très belle fin de cette journée. Je ne peux que te proposer de ne pas hésiter toi aussi à aller à la rencontre des Architectes d’intercoeurs.
@mitié, Marc de Metz.