La farine

Publié le par chervalin

L'incident médiatico politique advenu à  François Miterrollande a ravivé un souvenir professionnel.

 

Comme lui, il pérorrait, non pas à la tribune, mais devant la porte de la cuisine, et il reprochait à sa moitiée, le nouvel accro qu'elle avait fait à la voiture.

Plus précisemment "sa " voiture.

 

Il était comment dire : déconfit.

 

En vrai, il bouillait de la callebasse, les yeux torves et galipoteux, les narines suintantes et agressives, les joues frénétiques, le front crapoteux, les tempes fumantes, la lèvre chancelante et la langue étranglotante.

Vous voyez un peu n'est-ce pas ?

  

Qu'il râle au sujet de sa bagnole, elle en avait l'habitude, le rapport amoureux des mecs et de leur déesses enjolivées, elle connait.

D'ailleurs pense -t-elle les parre-chocs ne parent rien du tout ces feignasses.

Et surtout pas le courroux de leur propriétaire.

 

 Elle laisse passer l'orage, ne souhaitant ni se justifier, encore moins se mettre à genoux pour implorer le pardon pour ce crime de lèse tas de ferraille.

Pour tout dire, elle en a cure, elle s'en contrebalance. Qu'il aille regarder son auto-moto et qu'il lui lâche les tongs, car là, elle concocte un pâté en croute et s'il continue de perturber sa concentration, elle va se gauffrer dans les proportions.

 

Mais non, il insiste.

Il se fait

Avocat de la défense des véhicules autotractés réunis,

Représentant des associations de maris trahis par l'inconscience de leur épouse utilisatrice de leur bébé chéri d'amour de voiture,  

Défenseur attitré des droits des tomobilistes à rouler  vite et bien,(et mieux que certaines),

Avoué des fabricants de merveilleuses et sublimes berlines,

Procureur contre les chauffards, (surtout chauffardes),  

Vilipendeurs des moniteurs d'auto-école qui troquent trop facilement leur papier rose contre un sourire enjoliveur, ( non plutot enjoleur).

Il se fait aussi professeur, curé, mécanicien, (que dis-je mécanicien, Joailler, oui, pas moins),

et enfin agent des pompes funèbres.

 

Bon, elle fatigue là, et se lasse du flot de vilipendes et autres mondanités en honneur de Dame Golfdieselturbo.

Elle  recherche une porte de sortie. (pas de garage)

 

Hélas il est devant et occupe  le passage.

Attend, bouge pas.........

C'est là qu'arrive le coup de la farine.

 

Magique.

Si, si,

Comme Miterrollande.

Sans réaction, stoïque, droit, silencieux (enfin), inerte, atone,

blanc, bien sûr,

 

Comment dire...... ah ben si....... La gueule enfariné............. Cela doit être bon comme expression.

Elle est sortie, calme et digne, et est allée manger chez sa moman.

 

Quand elle est revenue, il était parti et avait vidé le reste de farine dans tous les tiroirs de ses  armoires. 

 

Quand elle est rentrée dans mon buireau pour une médiation, deux mois plus tard, elle en rigolait encore.  

Commenter cet article

vio 04/02/2012 21:20

bonjour, je lis votre blog avec beaucoup d'assiduité depuis que j'ai cliqué sur votre lien sur un forum auquel nous participons tous les deux. je me lance dans un commentaire car je souhaitais vous
remercier pour ses moments sympathiques de vie de travailleur social. éduc en AEMO je me retrouve et je retrouve les personnes avec lesquelles je travaille dans beaucoup de vos écrits. certaines
font monter les larmes d'autres sourire ou encore énervent mais aucune des situations que vous décrivez ne me laisse indifférente, comme le boulot d'ailleurs. voilà j'avais juste envie de vous dire
"continuez". vous m'avez donné envie de m'exposer un peu aussi, merci chervalin.

chervalin 05/02/2012 19:01



merci Vio


la sympathie est réciproque.


Et bien vous aussi, allez y, lancez vous à raconter de façon libre, délié des carcans et autres règles institutionnelles.


Vous verrez, c'est une chouette récréation. 


Ces petites tranches de vie ne sont que des ex-positions.


Ce sont des moments de partages et comme je le souhaite d'échanges, de rires, ou de réflexions.


A bientôt de vous lire.


 



Labaronne 04/02/2012 11:19

ne jamais perdre son sang froid !!!! merci pour cet exemple souriant, et....quel vocabulaire !