l'auberge espagnole

Publié le par chervalin

C'est un peu comme une auberge espagnole.

A l'entendre cela a l'air sympa. Une petite communauté de vie de 7 ou 8 travailleurs, tous célibataires.

.

Pas endurcis les célibataires. Tous, un peu forcé de l'être.

Quelques uns pour le boulot, d'autres pour des violences, d'autres pour un éloignement affectif, un téléscopage, un mauvais rêve.

Ils ont tous une raison qui doit en masquer une autre. Allez savoir.

Je repense au film de Klapisch à Barcelonne.

Ils vivent là, dans cette grande maison et se retrouvent presque tous le soir pour partager des trucs à manger.

-Moi j'aime bien car on découvre des plats des autres pays, me dit Axl, des plats marocains, turcs ou laotiens. Je leur fais des spécialités de Lorraine, on mélange, c'est amusant. La cuisine est grande, on ne se marche pas dessus. Il y a toujours des restes pour les retardataires. Parfois on joue aux jeux de société. Souvent c'est la pétanque ou le foot dans la petite cour. Les buts c'est la porte de la grange. On se retrouve quelques uns à la piscine ou au cinéma.

 

J'aime bien quand il me parle de cette petite communauté où ils s'entraidents, se dépannent, se soutiennent, s'écoutent, pleurent parfois.

Cela à tout l'air d'une époque révolue. Mais non, c'est maintenant.

Ils ont réinventé la thérapie de groupe sans psy.

Quand je les ai vus, ils sont tous souriants et accueillants. On est tout de suite bien parmi eux. Pas de chef, pas de pouvoirs, pas d 'argent. De l'équité, de l'altérité.

Juste de l'échange, en quatre ou cinq langues.  

 

Axl, me dit que le reste du temps, quand il est loin d'eux, il se sent bien seul.

Il n'a plus le droit de voir son épouse et ses deux filles.

Avec ce que j'ai fait à mes filles, c'est normal, admet-il, pour elles c'est difficile en ce moment et je m'en veux un peu d'être aussi bien dans cette maison.

Depuis il a très peur d'aller en prison.

C'est pourtant là qu'il risque d'aller dans trois ou quatre mois.

Publié dans traversées

Commenter cet article

Chouette et chouette 08/02/2013 17:24

C'est soulageant d'apprendre qu'il est aidé, qu'il reconnait, qu'il comprend.Tant restent dans le vide...

chervalin 08/02/2013 19:38



et surtout , tant restent dans le déni, dans la destruction de l'autre


merci les chouettes de votre passages


à tout de suite



Labaronne 05/02/2013 16:36

Dommage hein ? quel gâchis, surtout pour ses filles !

Pastelle 04/02/2013 14:10

Le pire et le meilleur dans cette petite note... La lumière et l'ombre, toujours présents en chacun de nous. Plus ou moins. Là on dirait que c'est plus.

chervalin 04/02/2013 16:21



juste Pastelle.


La lumière est cette petite communauté dans lequel il s'est cocooné et l'ombre est son passage à l'acte incompréhensible.


Mais il a quelques atouts pour continuer cette vie; Il reconnait les faits et ne refuse pas la sanction, il est suivi par un psy depuis bientot 18 mois , il s'est totalement écarté des victimes,
non sans verser une pension alimentaire. Il pourrait s'en sortir avec un bracelet.



Babeth 04/02/2013 13:23

Un moment un peu hors du temps pour lui en particulier...
L'"atterrissage" risque d'être très dur.Les "pointeurs" sont tout en bas de la classification de l'horreur établie par les détenus.

cat 04/02/2013 09:46

le bonheur communautaire a parfois un prix ..