Invisible

Publié le par lesdesnoueurs.over-blog.com

"Le tout est autre chose que la somme des parties"

 

j'ai déniché par hazard, cette phrase de Kurt LEWIN.

 

C'est en lisant certains commentaires d'internautes révoltés ou courroucés de l'annonce de la sélection des joueurs de l'équipe de france de foot qu'à mon tour je me suis senti agacé.

Je suis étonné que personne dans l'entourage d'un sélectionneur n'arrive  pas à le conseiller sur la communication de l'idée de groupe.

 

Car, en fait, il s'agit selon moi de l'axe principal de la sélection. Former un groupe qui interréagi de façon "invisible"

 

L'invisibilité est la connaissance des personnalités, leurs fragilités, leurs qualités, leurs souplesses, leurs empathies, leurs styles relationnels.

 

Ce qui est invisible c'est la dynamique du groupe et celle-ci ne s'exprime pas uniquement sur le terrain.

 

C'est vrai, parmi ces jeunes joueurs talentueux, on oubli que derrière se manifeste un trou du cul, immature ou associal, préoccupé davantage par les réactions de sa dernière coupe de cheveux fantaisie et prêt à s'identifier sur l'idée qu'il est réellement indispensable dans l'agora footbalistique.

 Il y a les calmes, ceux qui rassurent, ceux qui animent, qui détendent, les confidents, les pères, les grands frères, les mamans, les parrains, les potes etc...

 

 Tous attendent inconsciemment ou volontairement un rôle du groupe ou d'un élément du groupe.  

 

 Et un groupe qui va devoir non seulement jouer ensemble mais aussi, vivre ensemble. Et pour paraphraser LEWIN, un groupe talentueux, c'est tout autre chose que la somme de talents.

 

C'est l'équilibre qu'il faut rechercher et le flux afin que ce groupe puisse avancer.

 Les éducateurs connaissent cette difficulté.

Faire vivre et cohabiter des personnalités compliquées, dans un confort inconfortable, créer du lien et des mouvements vers l'autre, pour que chacun trouve une place.

 

Le sélectionneur n'est pas là pour leur apprendre à jouer au foot, mais à faciliter le déplacement que va provoquer les habitudes des uns dans leurs clubs respectifs, avec celles qu'il va leur imposer.

C'est le plus dur et effectivement c'est invisible.

 

Encore une fois les médias travestissent tout et ne font qu'alimenter des réactions stériles. 

Favoriser et commenter le jeu qui est  de se mettre à la place du sélectionneur et de fabriquer une équipe type est un non sens pour logiquement tout ceux qui ont pratiqué le football.

 

 Ceux là savent que le groupe et l'entente se passent aussi dans les parties de cartes et les pique niques, les déconnades et les partages de passions communes. (Et cet excellent buteur qui nous snobe, qui va roter son coca tout seul, il attendra encore longtemps pour que je lui serve un caviar.)

 

Chervalin

 

 

Publié dans foot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article