hors jeu (je)

Publié le par chervalin

Il me semblait que son père  avait bien fait les choses.

Le shéma était à peine voilé

Il scotche sa fille sur une activité sportive où elle se montre très brillante voire compétitive. Une activité où il s'inscrit comme dirigeant en devenant doucement incontournable. le couple sélection de sa fille s'articulant avec l'indispensable présence du père s'autovalorisant entre eux et s'auto congratulant des images respectives dans le club.

Bien joué.

Bien joué car la mère n'est pas du tout disponible pour être présente lors des compétitions.

Elle travaille la plupart des e weekends où sa fille concourre.

Et puis elle n'aime pas le froid.

C'est pas l'idéal pour le ski.

Bien joué car il a inscrit sa fille à des cours de poney pour les périodes d'été.

Et comme elle aime cette activité et qu'elle s'y montre également brillante, il lui a acheté un cheval.

Bien joué car la mère de l'enfant est allergique aux poils de chevaux.

Bien joué car les horaires de cours sont parfaitement calés à la fin de ses horaires de travail.

Et pas à ceux de son ex.

Visiblement elle est hors jeu.

C'est son expression.

Car c'est un peu cela.

Il joue!

 

Pourtant il me confie qu'il faisait t tout pour que sa fille voit sa mère. Il ne la critiquait jamais devant elle et répondait positivement à toutes ses demandes d'arrangements.

Mais voilà, elle ne  voulait pas y aller.

Elle me dit qu'elle s'ennuyait chez sa mère et qu'elle voulait toujours faire des activités.

Comme avec son père où il accorde , lui, beaucoup plus d'attention à ses prouesses sportives.

Elle sait qu'elle sera championne.

Son père lui a dit.

Les entraîneurs aussi.

Vous pensez un père aussi dévoué et disponible pour le club.

C'est sur, elle sera une championne.

Alors vous comprenez, aller chez sa mère qui n'aimait pas le froid et les cheveaux.

Bien joué.

Une manipulation aux petits oignons.

Elle est haute de ses 8 ans et sait déjà qu'elle ne pourra compter que sur son père .Il fait tout bien. Il est son roi et son idole.

Il sait qu'elle est sa princesse et sa raison de vivre.

C'est sa fille personnelle, exclusive,  son icone, l'image de lui-même.

Pauvre pygmalion.

 

Plus les jours passent et plus il devine que son enfant tend à s'éloigner de lui.

Déjà qu'elle ne parle que d'Yvan, l'entraîneur de ski ou da Baptiste celui du centre équestre.

Il ne cesse de vouloir resserrer l'étau ou de freiner tout ce qui pourrait éloigner son enfant de l'amour exclusif et   tyranique qu'il lui porte.

Il continue de jouer devant moi et vante ses bons résultats scolaires, preuves vivantes et matérielles qu'il est un bon père.

 

Il me dit cela en me regardant anxieux.

Il me dit qu'il ne lui a toujours pas annoncé.

 

Qu'il hésite .

qu'il n'a toujours pas trouvé le moment pour lui dire.......

...............Que sa maman vient de se suicider.

 

Commenter cet article

labaronne 21/08/2011 22:24


certains savent tricotter, maille après maille, ce qui fera le malheur croyant oeuvrer pour le bonheur de l'enfant qu'ils se sont approprié-oubliant qu'un jour l'enfant saura


desert 10/07/2011 03:00


vous me prenez aux tripes à chaque fois....
Indécence ultime...face à la douleur d'une mère.