Et papati et pate à tartes

Publié le par chervalin

Voiture 12....... voiture 13......., voiture 14.....ah c'est là.

Voilà, j'ai trouvé mon seat.

C'est la 57 près du couloir.

Aie.

?????

Il y a un type, l'air pas trop tibulaire qui me lorgne l'air glauque, l'oeil méfiateux, la lippe agressive, prêt à dégainer sa carte d'embarquement (non, cher ami, son titre de transport) pour me fusiller.

Il est assis sur la 57 près du couloir.

Diantre.

Je fais comme si je m'étais trompépé; en jouant mon rôle 44 bis, (celui où je suis un vieux à la mémoire flageolante)

c'est la 57 près du couloir me répépète-je tout haut et la tuture 14.

L'autre est un brun inquiet du coup. Je le vois qui fouille dans sa poche et qu'il doute.

C'est un combat de douteux.

Un vrai, sans pitié.

Sachez braves gens, qu'un seul d'entre nous deux gagnera la place 57.

Elle s'inquiète brusquement la place 57 de prendre subitement cette importance.

Deux beaux mâles qui vont, pour elle s'entre-tuer.

Un seul fessier.

Nous rééons. (de vélo)  

Elle en sue, car je vois le grain de son tissu qui perle.  

Déjà je l'aime cette place 57.

Je sais depuis longtemps qu'elle est pour moi, qu'elle et moi, nous sommes faits l'un pour l'autre et qu'elle m'accueillera dans ses bras ré-tractables et pourvu de leviers d'inclinaisons.

Nous dégainons de concert nos titres de transport:

Il lit le mien, et constate que mon titre est plus flamboyant que le sien.

Estampillé Senefece avec décoration et plein de beaux chiffres.

Non mais.

Le sien est un bout de feuille tirée de son imprimante pourrie et il a l'air fort marri le type du 57 car il s'est planté de voiture.

Fait moins le fier.

Je sens déjà que le siège 57 le pousse un peu à se lever.

Il faut dire aussi, que sur la siège 56, il y a un beau brin de fille qui regarde pour l'instant par la fenêtre.

Bon ça je l'ai pas dit tout de suite pour ne pas prêter à confusion.

N'empêche j'ai remporter le duel et le siège 57 est tout frémissant à l'idée de me recevoir.

Coté couloir.

J'ai une vue sur tous les gens qui vont passer et se cogner à mon coude et se casser la figure sur moi si le train tourne à droite.

Je vais voir ceux qui ne tiennent pas en place, les nerveux, les qui défilent au toilettes, les ceusses qui vont aller discrètement au bar, les gamins qui courent, leurs mère qui les surveillent du coin de l'oeil en guettant qu'ils ne dérangent personne (tu parles), les qui s'emm.. à 123 euros l'AR de l'heure,   

Je suis content car je ne vais rien voir du paysage mais par contre je suis libre de me lever sans déranger.

Du coup ma voisine est coincée et c'est elle qui va être obligée de me demander.

Si je veux je refuse de bouger et elle fera sous elle.

Cela t'apprendra a faire ta pimbêche près de la fenêtre. 

Je viens de comprendre pourquoi elle se désintéressait complètement de la joute dramatique qui se jouait à coté d'elle car elle téléphonait.

Bon sang cela fait au moins 10 minutes.

Bon la voilà qui raccroche.

Cela re sonne.

C'est sa mère.

Je suis obligé d'écouter.

Elle a des soucis de santé. Mince c'est des choses qui arrive.

Et elle est inquiète aussi pour tatie qui vire alzheimer.

mais ma voisine lui dit que faut pas.

Ah on passe en mode culinaire.

Qu'il ne faut pas trop en faire pour demain, car elle est un peu dérangée. Un plat unique suffira.

Elle lui dit une recette.

C'est chiant car je n'entend rien mais cela a l'air bon.

Finalement il y aura plein de plats différents.

On arrive au dessert.

Une tarte Tatin.

Oh la vache, une tarte tatin. J'espère qu'il en restera.

 

Bon elle raccroche.

Puis elle rappelle quelqu'un d'autre. Cela doit être la Tatie.

Et elle lui raconte le menu de demain.

Avec le coup de la tarte tatin.

Vache.

Bon elle raccroche.

Je vais enfin pouvoir lire tranquille le Canard enchaîné. 

 

Et merde, elle rappelle quelqu'un.

Re le menu et le coup de la tarte Tatin.

Je crois que j'ai envie de vomir car j'ai trop bouffé.

Tout ces mélanges ça porte au coeur ma bonne dame.

 

Du coup, j'en connais un qui doit bien se marrer à la place 57 de la voiture 12.

 

 

Publié dans histoires d'en rire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pastelle 22/11/2012 22:53

Grand sourire. A coup sûr ce n'était pas ma fille. Quand je l'appelle et qu'elle est dans le train, elle me chuchote "Je peux pas te répondre, je suis dans le train et pas au bon endroit pour
téléphoner".
L'ennui c'est que tu m'as donné envie de tarte Tatin là.

Labaronne 22/11/2012 21:55

il y a des choses comme ça, tellement attirantes et tellement chi..es, oups, j'ai failli dire une grosse grossièreté

Corinne 22/11/2012 18:53

Du bonheur à te lire ! Elle a continué longtemps à téléphoner la nana, y a aussi ceux qui pianotent sur leur téléphones avec les touches qui font du bruit, puis ceux qui mâchouillent leur bonbon,
puis...puis.......
J'ai fait le contraire de toi un jour, j'ai râlé auprès du monsieur assis à ma place, puis confuse et rouge de honte, je me suis rendue compte que je m'étais trompée de voiture !!!
Amicalement

chervalin 22/11/2012 20:48



j'osais pas le dire mais cela m'est arrivé aussi.


mais bon c'est moi qui écrit et j'ai le droit de me donner le beau rôle pour cette fois.


amitiés du rail